avril 10

Le principe d’engagement

principe cohérence engagement

Beaucoup d’études ont eu lieu sur le principe d’engagement qui se traduit par le désir inconscient et quasi obligatoire d’être cohérent dans tous nos comportements dès que nous avons pris une décision ou opté pour une attitude. Charles Kiesler, Jean-léon Beauvois ou encore Robert-Vincent Joule sont différents auteurs à s’être intéressés à ce principe.

Deux définitions1 :

  1. Charles Kiesler est le premier, avec un auteur chercheur, à donner une définition du principe d’engagement. Pour eux, c’est le lien qui relie l’individu à ses actes comportementaux. A travers ce lien, la personne serait engagée par son acte.
  2. Pour Jean-léon Beauvois et Robert-Vincent Joule, cette définition de Kiesler est incomplète. Selon eux, l’engagement correspond, dans une situation donnée, aux conditions dans lesquelles la réalisation d’un acte ne peut être imputable qu’à celui qui l’a réalisé.

Origine :

Des chercheurs ont pu observer ce principe lors de la deuxième guerre mondiale. En effet, les Américains avaient l’habitude de manger de bons et beaux steaks. Sauf que durant cette guerre, par soucis économique, les Américains devaient changer leur habitudes et opter pour des abats, nettement moins bons et beaux.

Les médias ont donc tenté de diffuser des campagnes publicitaires à la télévision ou à la radio, sans succès. A partir de là, Kurt Lewis, un psychologue social, a expérimenté principalement deux méthodes.

  1. Lors d’une conférence, des femmes étaient invités à regarder une vidéo montrant tous les avantages et bienfaits de manger des abats. Résultat : seulement 3% des ménagères ont cuisiné les abats.
  2. Toujours lors d’une conférence, mais cette fois non plus devant une vidéo mais en présence d’un animateur chevronné, des femmes étaient invitées à discuter et à poser des questions autour des recettes présentées. A la fin, l’animateur demande à toutes celles qui vont cuisiner les abats de lever la main. Résultat : 32% des ménagères ont cuisiné les abats.

La conclusion est que le fait de lever la main entraine la ménagère à accepter fortement sa décision et à s’engager face au groupe.

L’ouvrage Influence & manipulation2 :

Robert Cialdini évoque dans son ouvrage que la cohérence est extrêmement valorisée par la civilisation. Dans l’opinion courante cela va de pair avec l’intelligence et la force de caractère. C’est pourquoi nous avons un désir quasi-obsessionnel d’être et de paraître cohérent dans notre comportement.
Dès que nous avons pris position ou opté pour une certaine attitude, nous nous trouvons soumis à des pressions intérieures et extérieures qui nous obligent à agir dans la ligne de notre position première : nous réagissons de façon à justifier nos décisions antérieures, en mettant en accord nos opinions avec nos actes.


Sources

  1. https://fr.wikipedia.org/wiki/Engagement_(psychologie_sociale)
  2. http://www.legrimoiredumentaliste.com/influence-et-manipulation

plus d'infos

Site internet Wikipédia : Engagement (psychologie sociale)

Ouvrage  Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois. La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu’ils doivent faire ?Presses Universitaires de France. 



Ecrit 10/04/2017 par © LGDM dans la catégorie "Les principes